CitoyensRésidentsAnimauxS'InformerEnvironnement et développement durableRéglementationTransportProgrammes de subventionFormulaires et demandes de permisTaxes municipalesRessources communautaires et socio-économiquesSécuritéInfo-TravauxFormulairesGrands projets
MunicipalitéConseil municipalSéances publiquesAssemblées publiquesServices municipauxAvis publics et appels d'offresPolitiquesComitésGestion contractuelle
Découvrir Saint-AmableHistoire et PatrimoineLogo, armoiries et devisePortraitProfil économiqueInfrastructures municipalesAutres adresses et liens UTILES Plan de la MunicipalitéPrix et distinctionsVie communautaire
Accueil
LoisirsBénévolatActivités et événementsProgrammation des loisirsRéseau cyclable et piétonnierArtistes et artisansEntentes intermunicipalesBibliothèqueParcs et terrains de jeuxPiscine municipale et jeux d'eauVente de garageLocation de sallesAssociations et organismes
Services en ligne
Menu

Les premiers loisirs

 

 

Un petit comité est formé, vers 1952, suite à la proposition de M. Hervé Legault, au sujet de la mise en place d’une patinoire sur une partie inoccupée du stationnement de l’église, tout près du cours d’eau. Tous s’interrogent au sujet de l’endroit où ils pourront s’approvisionner pour arroser cette vaste étendue. Ils décident alors de creuser un trou de l’autre côté du cours d’eau (emplacement actuel de l’école de l’Envolée, mais anciennement celui de l’école St-Joseph), et d’en ériger des remparts de neige d’environ 12 pouces.

À l’aide de bénévoles motivés par la construction de la patinoire, l’eau est transportée à la chaudière. Jean-Louis Drapeau, André Robert de la rue St-Joseph et tant d’autres y ont contribué. Étant donné l’absence d’éclairage, on y patine uniquement de jour, mais ce autant la semaine que la fin de semaine. Un embryon est né !

Dans les années 1960, après quelque temps de stagnation, on décide de déménager nos pénates sur le terrain des loisirs, rue de Normandie. 

Rosaire Gamache, Gilles Williams et Edgar Dubé forment le comité des loisirs. Ils décident alors de construire une bâtisse par-dessus deux réservoirs qu’ils auront au préalable enfouis dans le sol. La bâtisse étant chauffée, ce procédé leur permettra d’avoir à la portée de la main de l’eau qui, propulsée par une pompe électrique, servira à arroser et ainsi entretenir la patinoire. Au sein du comité, tous sont bénévoles. Connaissant après coup des difficultés financières malgré leurs efforts pour amasser des fonds ; soirées dansantes, moitié-moitié, etc. Ils doivent faire face à la réalité. Le conseil municipal de l’époque, sous la gouvernance de René-Guy Gemme, prend alors sous ses charges le service des loisirs et lui octroie un montant de 1000 $ par année.

Il faut dire qu’auparavant, c’est pour la balle molle que l’on se réunissait dans le stationnement de l’église. Certains jeunes, qui avaient fait l’enrôlement militaire à Longueuil en prévision de la guerre de 1939, étaient revenus chez nous avec quelque peu l’esprit sportif. De mémoire de petit garçon, je me souviens de Marcel Auclair, Isidore et Marcel Charbonneau, Jean-Louis Drapeau, Lionel Chaperon, Édouard Gemme et plusieurs autres sans oublier bien sûr Jacques Schmouth, qui pendant des décennies a tenu bien vivante l’équipe. Rosaire Gamache et Robert Chaloux quant à eux, ayant comme objectif de se mettre en forme physique et mentale, ont décidé de former le corps de cadets et clairons tandis que Micheline Trépanier de son côté, s’est occupée des majorettes pour les filles. Au défilé de la Saint-Jean-Baptiste et autres activités, ils sont toujours présents et font la fierté de St-Amable. Un corps sain dans un esprit saint, selon le père de la Sablonnière.

Modeste, mais combien utile, c’est la bibliothèque qui saura ravir, quelques années plus tard, les moins sportifs. L’évolution est à nos portes, il faut savoir l’exploiter.

Ce n’est qu’un bref tour d’horizon du passé de nos loisirs. La fronde de pierres, le fusil de chasse et le tir pois de Lionel Gemme (dit Paclan) nous démontrent que l’homme est imaginatif et friand de connaissance et de savoir.

Vive les jeux de poches et de pétanques pour se divertir !

Patrick Mc Duff

Message
AnnulerS'abonner